RGPD : entrée en vigueur repoussée d’un an au moins !

EDIT du 05/04/2018 : nous attirons l’attention de nos lecteurs sur la date de publication de cet article… qu’il ne faut donc pas prendre au sérieux :-)

A la surprise générale, la CNIL a annoncé vendredi dernier sur son site que la date limite de mise en application du RGPD était repoussée d’au moins une année. Beaucoup d’entreprises espéraient que la date d’application du RGPD serait repoussée, se basant sur le fait que nombre d’entre elles n’étaient pas prêtes.

Finalement, c’est pour une raison purement technique et juridique que le « GDPR » doit repasser devant la commission européenne : la sortie de l’Union Européenne par l’Angleterre. En effet, l’ensemble du texte constitutif du RGPD avait été rédigé conjointement par les 29 pays de l’Union Européenne, réunis dans un groupe de travail appelé « G29 ».

Le passage à 28 remet en cause toutes les propositions soumises par l’Angleterre. Et certains pays, qui avaient voté contre, on demandé fin 2017 à ce que ces décisions soient revues. Ainsi, le RGPD « version 2016 » comme il est désormais appelé sera amendé d’ici au 30 juin 2018, pour sortir dans une nouvelle « version 2018 », qui sera au mieux applicable au 1er juillet 2019, mais plus probablement à l’automne 2019. Une nouvelle qui réjouit les entreprises, associations et collectivités territoriales qui n’ont pas encore nommé de DPO, mais qui contrarie les rares à avoir achevé leur mise en conformité.

Pour ceux qui n’ont pas cru à cette annonce ou qui ne voudrait pas prendre plus de retard, ils peuvent télécharger le dossier gratuit de 4 pages expliquant simplement le RGPD. Et bonne nouvelle pour les entreprises de Auvergne-Rhône-Alpes : il est possible de faire financer jusqu’à 70% l’interventions d’un consultant pour mettre en place le RGPD jusqu’au 30 juin 2018, contactez-nous pour en savoir plus.