Baisse des fraudes par Carte Bancaire

L’observatoire de la sécurité des moyens de paiement de la Banque de France vient de publier son rapport annuel.

En 2017, il y a eu 24,1 milliards de transactions hors espèces, pour un montant total de 27 575 milliards d’euros, soit 6,6% de transactions et 1,5% de montants supplémentaires par rapport à 2016.

Le paiement par carte bancaire (physique et en ligne) est le mode de paiement avec la plus forte croissance : la carte bancaire représente désormais plus de 50% des transactions, devant le prélèvement et le virement bancaire, suivi par le chèque, toujours en déclin (environ 2% des transactions).

Le montant global de la fraude aux moyens de paiements (tous modes de règlements confondus) est en légère baisse, il passe de 798 millions d’euros en 2016 à 744 millions d’euros, même si le nombre de transactions frauduleuses augmente légèrement.

La carte bancaire concentre environ 50% du montant de la fraude, mais 97% des transactions frauduleuses. Celle-ci reste la première source de vulnérabilité, même si le taux de fraude sur les opérations diminue pour s’établir à 0,054%, confirmant la baisse constatée depuis 2015.

Cette amélioration de la fiabilité des transactions par carte bancaire s’explique par une meilleure performance du 3Dsecure et donc une adoption plus large par les ecommerçants, mais également par l’émergence de solutions de scoring des transactions plus fiables et abordables permettant d’activer des contrôles manuels des transactions douteuses.

La conséquence prévisible de ces améliorations est une augmentation des tentatives par les fraudeurs sur des montants de transaction plus faible.

En ce qui concerne spécifiquement les transactions à distance, la baisse du taux de fraude se retrouve dans tous les secteurs d’activité, à l’exception des produits techniques et culturels (8% des transactions), mais aussi à l’exception des transactions entre particuliers et approvisionnements de comptes (2,2% des transactions).

 

Werner KLINGER
Ingénieur Conseil Web & NTIC.