Jeux légaux sur Internet : le poker au tapis ?

Après un lancement plutôt réussi des jeux légaux de paris en lignes par l’Autorité de Régulation des Jeux En Ligne (Arjel) 3 jours avant le début de la coupe du monde, l’Arjel semble avoir été complétement à côté de la plaque pour l’offre de poker légal en ligne, légalisé en France le 1 juillet dernier.

Les joueurs habitués des tables de poker virtuelles ne trouvent en effet pas leur compte dans la nouvelle offre de poker en ligne, dite « légale ». Les règles dictées par l’Arjel aux sites de cercles de jeux sont en effet particulièrement contraignantes :

  • Un prélèvement de 2% sur toutes les mises des joueurs, en plus des prélèvements effectués par le cercle de jeux.
  • Le cloisonnement des joueurs français entre eux : impossible de jouer contre des joueurs étranger ou de participer à des tournois européens ou mondiaux
  • L’interdiction de verser des commissions arrières (rakeback) aux plus gros joueurs : certains joueurs « pro » pouvaient récupérer jusqu’à 60% du pot commun (rake).

Pourtant, nous sommes convaincus que le succès de l’offre légale de jeux en ligne en France passera par sa popularité auprès des joueurs. Et le récent épisode avec le site illégal (en France) www.stanjames.com l’a prouvé : à peine les Fournisseurs d’Accès Internet (fai) avaient-ils reçu l’ordre de la justice de bloquer son accès qu’un accès parallèle, via le Portugal, était en place.

Il sera intéressant de voir dans quelle mesure l’Autorité de Régulation des Jeux En Ligne (Arjel) saura écouter les joueurs et adapter l’offre. Les joueurs se sont déjà fait entendre : le dimanche 4 juillet, il ont organisé un « sitting out », bloquant les tables de jeux, interdisant tout chiffre d’affaire au cercle de jeu en ligne. Des menaces de boycotte prises très au sérieux par les opérateurs agréés, qui craignent de voir leurs joueurs se rabattre sur les sites hors de France, faute d’une offre légale adaptée.